Category Archives: Actualités

Russie2018:Renard dévoile sa liste

Le sélectionneur national Herve Renard vient de dévoiler la liste définitive des 27 joueurs convoqués pour le match face aux Aigles de Mali  prévu le 1er septembre prochain  pour le compte de la 3e journée des éliminatoires de la coupe du monde 2018 en Russie.

Gardiens de Buts

Munir El Kajoui (Numancia-Esp)

Yassine Bounou (Gerone-Esp)

Yassine El Kharroubi (WAC)

Defenseurs

Marouane Dacosta (Başakşehir-Turquie)

Mehdi Benatia (Juventus-Italie)

Romain Saiss (Wolverhampton-Ang)

Jawad Yamiq (RCA)

Achraf Hakimi (Real Madrid-Esp)

Amine Khemass (GENK-Belg)

Soufiane El Akouch (Nimes-France)

Nabil Dirar (Fenerbahce-Turquie)

Milieux de Terrain

Karim El Ahmadi (Feynoord-PB)

Youssef Ait Bennaser (Caen-France)

Younes Belhanda (Galatasaray-Turquie)

Hakim Ziyech (Ajax-PB)

Faycal Fajr (Getafe-Esp)

Mbarek Bousoufa (Al Jazira-UAE)

Oussama Tanane (Saint-Etienne -France)

Noureddine Amrabet (Watford-Ang)

Mehdi Carcela (Olympiakos-Grece)

Mohamed Ounajem (WAC)

Mohamed Fouzir (Al Nasr-Arabie Saoudite)

Attaquants

Aziz Bouhaddouz (Sankt Pauli -Allemagne)

Mimoun Mahi (Groningue-PB)

Rachid Alioui (Nimes-France)

Khalid Boutaib ( Yeni Malatyaspor-Turquie)

Walid Azarou (Al Ahly-Egypte)

 

www.radiomars.ma

Éliminatoires mondial 2018 : Le match Maroc – Mali se jouera à Rabat

Les Lions de l’Atlas affronteront les Aigles du Mali dans le cadre de la 3e journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2018. cette rencontre se jouera au complexe sportif de Rabat. a annoncé la FRMF.

En effet, cette rencontre capitale dans la course à la qualification au Mondial 2018, se jouera le 1er septembre (21h) au Complexe Sportif Prince Moulay Abdellah de Rabat et non pas au Grand Stade de Marrakech, initialement choisi.
On rappellera que la sélection Marocaine compose le groupe C avec la Côte d’Ivoire, le Gabon et son futur adversaire, le Mali.

 

www.lionsdelatlas.ma

LA LIBYE ET LE MAROC QUALIFIÉS POUR LE CHAN TOTAL 2018

La Libye et le Maroc représenteront la Zone Nord au CHAN Total, Kenya 2018. La Libye a écarté l’Algérie (1-1) et le Maroc a fermé la porte à l’Egypte, engagée pour la première fois dans les éliminatoires (3-1).

Battue une semaine auparavant à Constantine par 2 buts à 1, l’Algérie n’est pas parvenue à refaire son retard. Elle n’a pu réaliser mieux qu’un nul à Sfax, en Tunisie, où avait lieu la rencontre. Les Algériens, dominateurs comme ils l’avaient déjà été devant leur public, ont ouvert le score par Sofiane Bendebka (20’), mais une grosse erreur en défense du latéral Zeroual permettra à Muaid Ellafi d’égaliser pendant le temps additionnel de la première période (45+2). Des débuts difficiles pour le nouveau sélectionneur Lucas Alcaraz qui va, dans quelques jours, diriger à deux reprises l’équipe A contre la Zambie, en éliminatoire de la Coupe du monde 2018. Pour le moment l’Algérie est plongée dans un véritable guêpier, dernière de sa poule avec un seul point en deux matches.

Ce n’est pas encore cette fois qu’on verra l’Egypte au départ du Championnat d’Afrique des Nations. Jusque-là, les Egyptiens avaient toujours fait l’impasse sur cette compétition. Pour sa première apparition en éliminatoire, l’équipe d’Hamada Sedki n’a pas pu s’affirmer face à son adversaire marocain. Auteurs d’un nul à Alexandrie, les Marocains ont fait la différence lors de la seconde période du match retour, inscrivant trois buts signés Jawad Yamiq (50’), Abderrahim Mokran (54’) et BadrBoulahroud sur pénalty (67’).

Les Pharaons ont réduit le score en toute fin de rencontre par Hamid Hossan (85’), bien trop tard pour remettre en question la qualification du Maroc qui sera pour la troisième fois, en janvier prochain, au départ d’un CHAN, ce qui sera également le cas de la Libye, couronnée, elle, en 2014 en Afrique du Sud.

www.cafonline.com

Mondial 2026: Casablanca, Tanger, Marrakech, Al Hoceima, Oujda… la liste des villes qui préparent leurs stades

Neuf stades nous ont été confirmés pour  le dossier de candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du monde 2026. Parmi eux, les nouvelles enceintes d’Al Hoceima, Tétouan et Oujda.

Dans l’air depuis de longs mois, la candidature marocaine à l’organisation de la Coupe du monde 2026 est officielle depuis le 11 août dernier. Pour pouvoir accueillir le Mondial, le Royaume, en plus des infrastructures routières et hôtelières, devra disposer d’une dizaine de stades capables d’abriter les rencontres. Mais quels sont les stades et les villes qui pourront accueillir l’événement? Le point avec une source autorisée au ministère de la Jeunesse et des Sports.

Les stades en chantiers

 Al Hoceima

Prévue dans le cadre du plan Al Hoceima Manarat Al Moutawassit (Al Hoceima, ville phare de la Méditerranée), la future enceinte d’Al Hoceima devrait pouvoir accueillir 40.000 personnes. Des travaux de terrassement ont été menés sur le site devant accueillir l’enceinte. Des études, relatives notamment à la sismologie, seront menées avant le lancement d’appels d’offres pour la construction du stade, nous indique notre source au ministère des Sports. L’enceinte devrait être terminée « à l’horizon 2019-2020 », nous précise-t-on.

Oujda

Le nouveau stade d’Oujda figurera dans le dossier de candidature du Maroc à la Coupe du monde 2026, d’après notre source. L’enceinte, qui aura une capacité d’accueil de 45.000 personnes, devrait coûter près de 500 millions de dirhams. C’est un cabinet d’architecte de la région de l’Oriental, celui des frères Benhammou qui sera chargé de la construction de ce stade malgré une polémique relative à leur désignation

Tétouan

Ce que l’on sait à ce jour sur cette enceinte, c’est qu’elle a été conçue par l’architecte Nawfal Bakhat et que sa capacité d’accueil devrait atteindre les 40.000 places. Le financement global du projet est estimé à 700 millions de dirhams selon le quotidien L’Économiste.

Les stades dont dispose déjà le Maroc

Stade Mohammed V, Casablanca

L’antre partagé par le Raja et le Wydad est le plus grand stade dont dispose le Maroc à l’heure actuelle, une capacité d’accueil de 67.000 places. L’enceinte faisait partie des stades listés dans le dossier de candidature pour l’organisation de la Coupe du monde 2010, mais ne figurait toutefois pas parmi les stades sélectionnés par le Maroc pour abriter la Coupe d’Afrique 2015.

Suite à des affrontements entre supporters du Raja Casablanca et du Chabab Rif Al Hoceima en mars 2016, le stade avait été fermé pour travaux. Ces derniers, qui visaient à renforcer la sécurité dans l’enceinte, ont pris fin en mars 2017.

Complexe sportif Moulay Abdellah , Rabat

Avec ses 52.000 places assises, on sait que le stade répond aux normes de la Fifa puisqu’il a accueilli trois rencontres de la Coupe du monde des clubs en décembre 2014. La réputation de l’enceinte rabatie avait pris un coup lors de la même compétition, lorsque la pelouse avait été inondée suite à des pluies diluviennes.

Le « scandale de la raclette », lors de la rencontre opposant alors le club mexicain de Cruz Azul aux Australiens des Sydney Wanderers, avait poussé le ministre de la Jeunesse et des Sports et celui de l’Équipement à lancer des travaux pour la mise en place d’un nouveau  système de support de gazon qui se sont terminés au mois de mars 2016. Le stade avait été retenu pour les candidatures du Maroc à l’organisation des éditions 2006 et 2010 de la Coupe du monde. Il avait également accueilli des rencontres de la Coupe d’Afrique des nations en 1988.

Le Grand Stade de Marrakech

Depuis son ouverture en 2011, l’enceinte marrakchie a régulièrement accueilli les matches de l’équipe nationale. Le stade de la ville ocre a accueilli, durant deux éditions consécutives, les finales de la Coupe du monde des clubs. Elle a notamment accueilli le Bayern Munich et le Real Madrid à cette occasion. Hôte du Kawkab de Marrakech, le stade est capable d’accueillir 45.000 personnes, et répond donc aux normes de la Fifa.

Stade Ibn Battouta, Tanger

L’enceinte tangéroise a ouvert ses portes en 2011. Dotée d’une capacité d’accueil de 45 000 personnes. En plus des matches de l’équipe nationale, le stade Ibn Batouta a accueilli deux éditions du Trophée des Champions (supercoupe de France). La dernière en date, celle de 2017, où le Paris-Saint-Germain s’était imposé face à l’AS Monaco le 29 juillet dernier.

Stade Adrar, Agadir

L’enceinte du Hassania d’Agadir, inaugurée en 2013, a été construite en vue d’accueillir la Coupe du monde 2010. En plus des rencontres du club local, le stade gadiri a aussi accueilli des rencontres de la Coupe du monde des clubs 2013 ainsi que plusieurs rencontres de l’équipe nationale. Il peut accueillir jusqu’à 45.000 personnes.

Complexe sportif de Fès

L’enceinte inaugurée lors de la finale de la Coupe du trône 2006-2007 peut accueillir 45.000 supporters. L’équipe nationale y a disputé plusieurs rencontres. Le complexe avait lui aussi été retenu en vue des candidatures à l’organisation des Coupes du monde 2006 et 2010.

Plusieurs inconnues…

En vertu des règlements de la Fifa, les pays devant accueillir la Coupe du monde dans sa formule à 32 équipes devaient disposer d’au moins une douzaine de stades censés abriter au moins un match. À ce jour, neuf stades nous ont été confirmés, alors que le Mondial 2026 sera le premier disputé à 48 équipes.

telquel.ma

Le Maroc candidat pour 2026

La Fédération royale marocaine de football (FRMF) a annoncé jeudi avoir déposé sa candidature pour accueillir la Coupe du monde 2026 auprès de la Fifa, l’instance organisatrice.

Le Maroc devient le deuxième candidat déclaré, après les Etats-Unis, le Canada et le Mexique, qui ont annoncé en avril leur candidature conjointe.

Un deuxième mondial sur sol africain?

Il est ainsi en lice pour devenir le deuxième pays africain à accueillir l’épreuve-phare de la Fifa, après l’Afrique du Sud en 2010.

Le président de la Confédération africaine de football (CAF), le Malgache Ahmad Ahmad, s’est déjà dit «convaincu» que le Maroc pourrait organiser le Mondial-2026, le premier à se disputer à 48 équipes, contre 32 aujourd’hui.

Le Royaume s’est lancé ces dernières années dans un chantier de professionnalisation de son football, et multiplié les candidatures à des compétitions pour baliser le terrain à l’organisation d’un Mondial.

Cinquième candidature

Il s’agit de la cinquième candidature du pays, après celles de 1994, 1998, 2006 et 2010 – toutes non-concluantes.

Le Maroc devait accueillir la Coupe d’Afrique des nations en 2015 mais avait refusé d’organiser l’événement en raison de craintes liées à Ebola. (si/nxp)

https://www.tdg.ch/

le Maroc n’abdique pas

Après la Russie et le Qatar, enfin le retour à la normalité ? Ce vendredi, le Maroc via son gouvernement, a annoncé sa candidature pour accueillir la Coupe du monde de football 2026. Ça serait la seconde fois que le Mondial se déroulerait sur le continent africain après l’édition 2010 en Afrique du Sud.
« Le Maroc considère qu’il est capable d’organiser une Coupe du monde. On a les infrastructures nécessaires en matière de stades, de transports, de capacité hôtelière et sanitaire », a affirmé à l’AFP le ministre marocain de la Jeunesse et des sports, Rachid Talbi Alami.
Cinquième candidature
Le Maroc dispose de six stades répondant aux normes internationales et quatre autres sont en construction. Cela ne sera pas de trop face à la candidature transaméricaine, composée des Etats-Unis, du Canada et du Mexique.
Le Maroc a par le passé accueilli plusieurs épreuves mondiales comme la Coupe du monde des clubs en 2013 et 2014, ou le trophée des champions en 2017 (ça va, on peut rigoler). Mais le rêve du pays reste la venue de la Coupe du monde. A quatre reprises (1994, 1998, 2006 et 2010), le pays du roi Mohammed VI a souhaité organiser le deuxième plus grand événement sportif de la planète, mais n’a jamais remporté le gros lot. Vis ma vie de Stade Rennais.

http://www.20minutes.fr

le Maroc est désormais dans la course à la candidature

Le Maroc s’est officiellement lancé dans la course à la candidature pour l’organisation du Mondial 2026 qui aura comme nouveauté d’accueillir 48 pays. Joint par RFI, le président Ahmad, qui dirige la Confédération africaine de football, se réjouit de la possibilité de voir la Coupe du monde avoir lieu à nouveau sur le continent africain, après l’édition 2010 en Afrique du Sud.

Le Maroc a annoncé vendredi 11 août repartir pour une cinquième campagne de candidature à l’organisation du Mondial de football, pour l’édition 2026. Il y a quatre mois, une candidature conjointe entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique, considérée par les observateurs comme largement favorite pour organiser la première Coupe du monde à 48 équipes, avait été annoncée.

Déjà en lice pour 1994, 1998, 2006 et 2010

« Je suis heureux que les autorités marocaines aient pris la décision de candidater à l’organisation du Mondial 2026 », avance au micro de RFI le président de la Confédération africaine de football. « Connaissant le Maroc, je sais que c’est un pays qui se développe bien sur le plan économique. Il est en avance en ce qui concerne les infrastructures sportives », poursuit Ahmad. Ce pays d’Afrique du Nord avait organisé le Mondial des clubs en 2013 et 2014 et devait accueillir la Coupe d’Afrique des nations en 2015, avant de se désister en raison de craintes liées au virus Ebola.

Le Maroc avait été battu lors des campagnes pour l’organisation des Coupes du monde 1994, 1998, 2006 et 2010. Le pays s’était livré à une âpre guerre d’influence auprès des instances de football pour l’édition 2010, avant de s’incliner avec 10 voix contre 14 pour le pays de Nelson Mandela, l’Afrique du Sud.

Mais une Coupe du monde à 48 pays, la première de l’histoire, reste un défi immense cette candidature. « Ce n’est qu’une manifestation de candidature et tout cela va être discuté au sein du pays et avec le Confédération », précise Ahmad. Une co-organisation n’est donc pas à exclure. Il avait été un temps question d’une association avec l’Espagne. « Le pays va choisir qui pourrait être associé à ce projet ou si le Maroc tente seul l’aventure. Pour le moment les détails ne sont pas discutés », précise Ahmad qui parle du football comme « d’un trait d’union entre les peuples, les cultures et les continents ».

« Ce sera le Mondial de l’Afrique »

Le Royaume du Maroc s’est lancé ces dernières années dans un vaste chantier de professionnalisation de son football, tout en construisant de nouveaux stades: il dispose aujourd’hui de six stades répondant aux normes internationales et quatre autres sont en construction. Par ailleurs, le pays a multiplié les candidatures à d’autres compétitions pour baliser le terrain à l’organisation d’un Mondial.

« Ce qui est important, c’est que le continent africain souhaite organiser pour la deuxième fois une Coupe du monde. Si elle se passe au Maroc, ce sera le Mondial de l’Afrique », se réjouit Ahmad sur notre antenne.

A peine élu, en mars dernier, le président de la Confédération africaine de football s’était dit « convaincu » que le Maroc pourrait organiser le Mondial 2026, lors d’une visite dans le pays. Une déclaration qui faisait écho aux propos tenus fin 2016 par le président de la Fifa, Gianni Infantino.

Dans un communiqué diffusé sur le site de la CAF, le président Ahmad a appelé les fédérations africaines à « unir leur efforts pour un soutien franc et massif » à la candidature marocaine.

La Fifa, qui a pris note de la déclaration d’intérêt du royaume chérifien, « décidera de retenir ou non l’une des candidatures » à l’organisation de la Coupe du monde 2026, le 13 juin prochain à Moscou, à la veille du match d’ouverture du Mondial 2018 en Russie, a-t-elle réagi dans un communiqué.

http://afriquefoot.rfi.fr